Chantal Goya

Aller en bas

Chantal Goya

Message  cris le Jeu 27 Oct - 16:51

Chantal Goya....ah là là que de souvenirs...toute mon enfance !!!! Une femme et une artiste incontournable de nos tendres années, avec ses chansons gravées dans nos mémoires (Pandi Panda, Bécassine et tant d'autres que nous avons fredonnées ....), ses magnifiques spectacles qui nous faisaient rêver, nous autres sales gosses...Je dois encore avoir des 45 tours qui traînent chez mes parents...ça fait tout bizarre de se rappeler ces années là...

Voici sa biographie (certes un peu longue, mais on y apprend des tas de choses intéressantes...je l'ai lu et ça m'a replongé dans mon enfance...ce que ça fait du bien !!!!!!)



[i]Chantal Deguerre est née en Indochine le 10 juin 1942 dans une plantation d’hévéas à Sholen près de Saigon (aujourd’hui Hô Chi Minh-Ville), d’un papa Vosgien et d’une maman originaire de Montbourgué (Hautes-Pyrénées). C’est le grand-père maternel de Chantal qui s’était installé en Indochine dans les années 20 en tant que médecin radiologue des colonies françaises. Il vivait avec sa femme à Dallate en pleine montagne cambodgienne.

Durant les quatre ans de sa vie asiatique, la petite Chantal vécue très heureuse dans cette nature pleine de rencontres et de surprises. Dans sa famille elle était entourée de ses deux chiens et de sa nourrice Assam qui lui racontait les histoires et les légendes de son pays. Chantal galopait dans les plaines, les champs d’hévéas, voguait sur les jonques, se baladait dans sa petite calèche, rendait visite à ses grands-parents... Bref une vie épanouie de petite fille.

Malheureusement dès 1945 la guerre d’Indochine commença à faire rage et les Japonais envahirent peu à peu toute la région. Les colons français étaient bien sûr pourchassés et tués, Paris dû donc rapatrier tous ses ressortissants dès le début de l’année 1946. Chantal, après avoir échappé de peu à la mort, est obligée de quitter son pays natal tant aimé. Toute la famille traverse donc, sur des bateaux de fortune parfois, la Mer de Chine, le Golfe de Thaïlande puis rejoint la Méditerranée via le canal de Suez.

Arrivée à Marseille, la famille rejoint Toulon puis enfin Paris au terme d’un voyage digne des plus belles épopées. C’est une seconde naissance pour Chantal (au point de donner quelquefois cette année 1946 comme sa véritable année de naissance, d’où les confusions nombreuses concernant son âge), en effet elle ne connaît pas du tout ce pays dont elle est pourtant une citoyenne. La France se remet petit à petit de six ans de guerre contre les Nazis. La vie à Paris est rude, froide et sale. Chantal n’a plus les immenses espaces pour courir sans fin dans la nature, de plus la vie est moins aisée financièrement.

A l’école Chantal est la plus petite de la classe mais c’est loin d’être la moins agitée. Elle commence à aimer cette vie d’enfant écolière, et puis la famille s’agrandit : à son frère, arrivé depuis déjà quelque temps, suivront trois sœurs pour qui Chantal sera une seconde mère. En effet à l’âge de douze ans Chantal doit s’occuper de la maison car Colette, sa maman, tombe sérieusement malade. A peine a-t-elle quitté le monde de l’enfance qu’elle y replonge par la force des choses au milieu de son frère et de ses sœurs. Au long des années suivantes elle continuera, même après le retour de sa maman, à jouer les grandes copines en inventant des tas d’histoires inspirées des chefs d’œuvres de Walt Disney tels que « Blanche Neige « ou « Mary Poppins » (modèle de la future chanteuse pour enfants). Chantal arrive donc à l’âge adulte sans jamais avoir quitté le monde des enfants.
En 1962, à tout juste 20 ans, Chantal part en Angleterre pour étudier la langue de Shakespeare comme jeune fille au pair chez le Duc et la Duchesse de Bedford. Là-bas elle vit son premier amour en la personne de Gilles, le propre fils de ses nobles hôtes. Elle assiste régulièrement à de grands dîners où sont conviés les artistes en vogue de l'époque comme les Beatles. Chantal construit son avenir et projette de devenir journaliste bilingue.


La rencontre avec Jean-Jacques Debout
En 1963, à son retour en France, elle participe à une soirée mondaine chez Eddie Barclay accompagnée d’une amie. Installée sur un canapé rouge elle scrute la salle et remarque parmi tous les invités un jeune homme assis au piano et qui joue merveilleusement bien. Elle l’a remarqué car c’est le seul qui porte un pull marin au lieu d’un costume. Celui-ci croise le regard de Chantal, se lève et se dirige droit vers elle : « Mademoiselle, lui dit-il, j’ai comme un flash, je suis à peu près sûr qu’un jour on se mariera, on aura deux enfants, vous serez célèbre vers trente ans et vous chanterez à l’opéra ! ». Chantal le prend pour un fou, d’abord elle ne sait pas chanter et puis concernant le mariage, elle n’est même par amoureuse de lui, et puis elle ne le connaît pas. En effet ayant passé un an en Angleterre Chantal ne connaît pas ce jeune homme et ne sait pas qu’il fait partie de la nouvelle génération de chanteurs, son amie la renseigne et lui apprend qu’il s’appelle Jean-Jacques Debout, qu’il a 23 ans et qu’il a chanté avec succès « Les boutons Dorés ». La soirée passe et Chantal s’aperçoit qu’elle a raté le dernier métro, profitant alors de l’intérêt que semble lui porter ce jeune homme, elle lui demande de la raccompagner chez elle. Jean-Jacques accepte (en plus c’est sur son chemin) et c’est en tout bien tout honneur qu’ils se quittent non sans que Chantal lui donne son n° de téléphone.

Peu après Chantal repart pour quatre mois en Angleterre et oublie peu à peu de garçon et cette soirée assez spéciale.

En revenant en France au début de 1964, Chantal sort du métro et tombe nez à nez avec... Jean-Jacques. Celui-ci se précipite sur elle, il n’a cessé de penser à elle dont il est, on s’en doute déjà, secrètement amoureux. Il doit ce rendre ce week-end ci au festival de la Rose d’Or de la chanson française à Antibes Juan-les-pins où il chante « Nos doigts se sont croisés », chanson qu’il a composée en pensant à sa rencontre avec Chantal. Elle accepte de venir avec lui. Jean-Jacques remporte le 1er prix avec Chantal qui l’applaudit au premier rang. L’idylle est née.

Jean-Jacques est la star montante du moment, Jacques Brel est son ami, Patachou et Charles Trenet font partie de son entourage. Jean-Jacques est même à l’origine de la rencontre entre Johnny Hallyday et Sylvie Vartan. Chantal, qui veut devenir journaliste, profite des fréquentations très Show-biz de Jean-Jacques pour essayer de se faire une situation. Quand elle rencontre Daniel Filipacchi, il lui propose d’être l’égérie de son nouveau journal « Mademoiselle âge tendre », il conseil aussi à Jean-Jacques de lui écrire des chansons.

Chantal hésite car elle n’est ni mannequin ni chanteuse, néanmoins elle accepte et se rend aux séances photo avec de plus en plus de plaisir. Pour la chanson il faut lui trouver un nom de scène, et comme Jean-Jacques a trouvé qu’elle ressemblait au portrait d’un enfant peint par Francisco Goya, Chantal Deguerre sera pour toujours : CHANTAL GOYA


Dernière édition par le Jeu 27 Oct - 16:56, édité 1 fois

cris
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  cris le Jeu 27 Oct - 16:52

En se promenant dans la rue, le couple croise un petit garçon. Jean-Jacques lui demande son prénom « Bernard » répond celui-ci. Cette rencontre donnera la première chanson de Chantal Goya : « C’est bien Bernard ». Dans les deux années qui viennent Chantal enchaîne les tubes yéyés, non seulement en France mais aussi au Japon ou son disque « Une écharpe, une rose » se classe 3ème du Top japonais juste derrière Elvis Presley et les Rolling Stones.

C’est à cette même époque que le cinéma s’intéresse à elle. C’est en la voyant chanter à la télévision que Jean-Luc Godard la remarque et prend rendez-vous avec elle pour tourner dans son prochain film : « Masculin, Féminin » aux cotés de Jean-Pierre Léaud et d’une autre débutante : Marlène Jobert. Ce film rapportera même à Chantal un 1er prix d’interprétation en Italie. C’est d’ailleurs pendant le tournage de ce film que Chantal apprend qu’elle est enceinte. Elle cache sa grossesse le plus longtemps possible mais elle doit bien le dire à Jean-Jacques. En apprenant la nouvelle il saute de joie et court demander la main de Chantal à ses parents.


JEAN-JACQUES et CHANTAL se marient le 25 février 1966 à Nogent-Sur-Marne

Pour le couple c’est le temps des grandes rencontres, ils fréquentent les plus grandes stars de cette époque : Johnny Hallyday et Sylvie Vartan, pour qui Jean-Jacques compose et écrit de belles chansons comme « Pour moi la vie va commencer » « Tous mes copains », « Dilindam » « Comme un garçon »..., mais aussi Carlos et Dalida. Jean-Jacques est aussi très ami depuis des années avec Marlène Dietrich, la grande dame apprécie beaucoup Chantal avec qui elle discute fréquemment. Barbara fait aussi partie des intimes comme Pascal Sevran, Richard Bohringer et Roger Dumas.

La famille déménage très souvent car Jean-Jacques est très sensible à l’endroit où il vit et ne peut pas composer n’importe où. Chantal tournera encore dans quelques films comme « L’amour c’est gai l’amour c’est triste » ou encore « Les Gaspard » où elle donne la réplique à Michel Serrault et à un jeune débutant qui ira loin : Gérard Depardieu. Mais le cinéma commence à la bouder, on lui réplique souvent aux castings qu’elle fait trop jeune. Chantal se résigne alors et décide de se consacrer entièrement à son mari, à son fils Jean-paul et à sa fille Clarisse qui est arrivée en 1968, deux ans après son frère.

En 1970 Jean-Jacques compose sa première comédie musicale « Double V » destinée à sauver de la destruction le Théâtre du Châtelet qui devait faire place à un parking. S’en est trop pour Jean-Jacques qui tient sentimentalement à ce lieu où il a vu, étant jeune, Luis Mariano et Tino Rossi dans des opérettes qui l’ont marqué. Jean-Jacques est un grand musicien mais un piètre homme d’affaire et il s’entoure mal pour ce projet. Le Théâtre est sauvé mais la pièce est un échec, les comédies musicales n’attirent pas encore autant les foules en France qu’aux Etats-Unis. Jean-Jacques est en avance sur son temps et même si c’est flatteur pour son génie il le paye cher financièrement.

De plus le Disco arrive en France et les chansons romantiques de Jean-Jacques ne se vendent plus beaucoup. Et voilà apparaître les huissiers qui saisissent tout le mobilier du couple. Ils décident alors d’aller s’installer à Houdan dans une ferme peu confortable mais bien plus tranquille que la vie parisienne.

Malgré tous ces déboires, la vie est saine et heureuse à la campagne, Jean-Jacques a de faibles revenus mais ils sont suffisamment stables pour permettre à toute la famille de vivre correctement. Jean-Paul et Clarisse grandissent bien et Chantal est une merveilleuse maîtresse de maison doublée d’une épouse attentive et compréhensive. Jean-Jacques est en pleine déprime, en vrai pessimiste incurable il se croit déjà aux oubliettes alors qu’il a trente ans à peine.

Chantal a gardé des contacts avec le milieu et rechante même parfois comme ces deux duos avec Guy Mardel. Mais tout va changer dès 1972 grâce à sa persévérance, alors que Jean-Jacques va de plus en plus mal. Chantal le pousse a accepté de travailler avec Maritie et Gilbert Carpentier à leurs séries d’émissions télévisées pour lesquelles Jean-Jacques va composer des duos, des danses et des petites comédies musicales. C’est d’ailleurs en 1974 dans un « Numéro un » consacré à Sylvie Vartan et entièrement écrit par Jean-Jacques, que Chantal va revenir sur le devant de la scène. Brigitte Bardot s’étant décommandée il manque un rôle féminin dans la distribution, Chantal la remplace au pied levé et chante aux côtés de son amie : « Les petites filles modèles ».

L’année suivante les Carpentier font encore appel à elle pour combler un trou de quatre minutes à la fin d’une émission consacrée à Carlos. Pour l’occasion Jean-Jacques lui compose « Adieu les jolis foulards ». Chantal habille elle-même ses propres enfants ainsi que ceux de son village et les emmène aux Buttes Chaumont pour entonner le célèbre refrain.

Trois jours plus tard des sacs postaux entiers arrivent à TF1 pour réclamer cette jeune chanteuse avec tous ces enfants : le public a été séduit ! Chantal décide alors d’investir les 20 000 francs offerts par son père mourant pour enregistrer le disque. Après avoir essuyé refus sur refus dans les maisons de disques, c’est François Dacla, PDG de RCA rencontré dans une soirée au Rex Club, qui sort le disque et touche le jackpot : il s’en vendra 1 million d’exemplaires.


Chantal et Jean-Jacques travaillent donc à leur premier album consacré aux enfants. Et c’est durant cette période que Chantal est dérangée un jour chez elle par des chasseurs du village venus se plaindre que des enfants avaient dégonflé les pneus de leurs véhicules. Jean-Paul, alors âgé de presque dix ans, avoue être le chef de la bande responsable des ennuis des chasseurs. Il déclare qu’ils voulaient défendre les lapins et que si ces derniers avaient des fusils à leur tour, les chasseurs ne feraient pas les malins, et que si ça continue sa mère fera une chanson contre eux et ce sera bien fait ! Il n’aura pas fallu plus d’un quart d’heure à Jean-Jacques pour réconcilier tout le monde autour du piano en improvisant les premières mesures de la chanson : « Un Lapin ». Le disque est un triomphe plus impressionnant que le premier : 2 millions de 45t vendus.

Contactée par Disney, Chantal est engagée comme l’égérie française de la firme américaine ; tout d’abord en réhabilitant une musique de Jean-Jacques oubliée au fond d’un tiroir. Cette chanson, initialement prévue pour une émission des Carpentier, avait pour paroles originales : « Dites-moi Harry ce que vous faites ici. Je mange du chewing-gum et puis j’aime les filles... » et elles deviennent : « Je connais un pays au ciel toujours bleu, fantastique et magique » et mettent en scène le personnage vedette de Disney. Ce sera « Allons chanter avec Mickey ». Dans la foulée Jean-Jacques persuade Chantal de faire une reprise d’une chanson folklorique des années 20 « Voulez-vous danser Grand-Mère ». Bien vu ! Car cette chanson remporte un tel succès qu’aujourd’hui beaucoup la considère à tord comme une chanson originale de Chantal Goya.

L’album contenant ces tubes portera Mickey et Minnie sur sa couverture confirmant l’ambition de Chantal de devenir dorénavant une chanteuse pour enfants. Son succès est foudroyant, il se vendra jusqu’à 33 000 albums par jour, jamais la maison de disque RCA n’avait connu un tel engouement en France, en Suisse, en Belgique et aussi aux Etats-Unis où Chantal représente le type même de la jeune française de l’époque. Ca y est :
MARIE-ROSE EST NÉE

cris
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  cris le Jeu 27 Oct - 16:53

Dès 1976 Chantal commence à envahir les plateaux télé, elle est même la première invitée d’une petite émission sans prétention qui va devenir culte : « L’École des Fans » de Jacques Martin.

Le deuxième album sort en 1978 et confirme Chantal dans le rôle de la star de Disney avec des titres comme « Riri, Fifi, Loulou » ou encore « Eliot le Dragon ». Sur le même album la chanson « La poupée » remporte un grand succès au point d’en faire une version en langue espagnole qui sortira de l’autre côté des Pyrénées sur un album contenant également une version ibérique de « Un lapin ». « La poupée » donnera l’idée à la société Mattel de sortir en France une Barbie à l’effigie de Chantal. Ce jouet fait fureur pour le Noël 1978 [l'année de ma naissance forcément lol! ] auprès des petites filles. Ce Noël est également l’occasion pour les Carpentier de consacré enfin un « Numéro un » à Chantal Goya. Il s’intitule « Au Bonheur des enfants » et met en scène sur des musiques de Jean-Jacques, entre autres Jean-Marc Thibaut et Thierry Le Luron aux côtés de Chantal.

L’année suivante le troisième album bat les records des précédents, notamment grâce à l’idée de Chantal de remettre au goût du jour une ancienne vedette de la Bande Dessinée française presque oubliée : Bécassine. Le génie de Jean-Jacques Debout faisant le reste « Bécassine » sera sa cousine pour l’éternité. Chantal Chante également son premier générique pour une série télévisée tirée de l’œuvre de la Comtesse de Ségur : « Les Malheurs de Sophie ». Tous ces personnages évoquent chez Chantal des souvenirs d’enfance qu’elle aime faire partager.

En décembre 1979 Jean-Jacques met en scène tout ce petit monde dans un spectacle joué à l’Olympia à guichet fermé et, pour la première fois dans l’histoire de cette salle, en matinée. La Forêt Magique part également en tourné en province et en Belgique. Chantal Goya et Jean-Jacques Debout ont véritablement inventé la comédie musicale pour enfants comme leur a dit Bruno Coquatrix.

En 1980 Chantal étoffe encore sa galerie de personnage avec l’apparition dans le quatrième album de Guignol, la célèbre marionnette lyonnaise. Cet album servira de base au nouveau spectacle qui germe déjà dans l’esprit de Jean-Jacques. Pour la genèse de cette œuvre toute la famille Debout se rend aux États-Unis où les comédies musicales sont un très grand succès. Jean-Jacques s’imprègne de cette organisation au millimètre, des magnifiques costumes et de ces grands décors. La grande vedette du moment Julie Andrews sera un des modèles pour Marie-Rose. Et c’est dans l’avion du retour que Jean-Jacques imagine son Soulier Qui Vole.

Mais l’Olympia est trop petit, il faut une salle et une scène plus grande pour y faire tenir tous les décors et toute la magie Goya ; ce sera le Palais des Congrès. Ce spectacle est un triomphe, on joue à guichet fermé, les 3 700 places sont toutes occupées par des enfants qui dépassent à peine le dossier des fauteuils. On croirait ceux-ci vides, mais ce n’est qu’illusion ; salle comble tous les jours (et même jusqu'à trois fois dans la même journée à certaines dates !). Avec la tournée de l’hiver suivant ce spectacle aura réunit plus d’1 million de spectateurs dans 25 villes de province, de Belgique et de Suisse.

En parallèle Chantal sort un nouvel album où le monde de la BD est toujours aussi présent avec la présence de Tintin et des Pieds Nickelés. Lors de la tournée du Soulier Qui Vole en Belgique Jean-Jacques et Chantal rencontre Hergé qui les autorise à inclure le reporter belge et le Château de Moulinsart dans un prochain spectacle. C’est inédit puisque jamais le Maître n’avait accordé cette faveur à quiconque auparavant.

Outre l’album et le spectacle Chantal triomphe avec les génériques de « Bouba » et des « Misérables », alors que Jean-Jacques écrit le générique de « Capitaine Flam », dessin animé programmé sur TF1 pour concurrencer le succès fulgurant de « Goldorak » sur Antenne 2.

En 1982 c’est en travaillant sur le sixième album que germe la nouvelle comédie musicale, La Planète Merveilleuse sera un spectacle plus féerique et aboutit que le Soulier, même s’il sera plus intimiste. Les danses et les ballets sont somptueux et Marie-Rose évolue entre Tintin, Le Chat Botté et Pierrot. Les sublimes costumes et les décors très réalistes impressionnent le public. Ce spectacle attirera 1,3 millions de spectateurs en deux ans, les guichets de la France entière ont du mal à faire face à la demande. La "Goyamania" bat son plein.

En 1983 Chantal est quasiment tous les jours à la télévision et sur toutes les chaînes. Dans sa propre émission d’abord puisque « La poupée de Sucre » en accès prime time attire de nombreux téléspectateurs et gonfle l’audience du journal de 20 heures de TF1. Chantal est évidemment l’invitée privilégiée des émissions pour enfants telles que « Récré A2 » de Dorothée, « Vitamine » de Karen Chéryl. Mais les émissions de variétés n’échappent pas au phénomène, notamment « Champs-Élysées », « A tout Cœur » et bien sûr toujours « L’école des fans » de son ami Jacques Martin.

Chantal enchaîne aussi les tubes tirés de son 7ème album comme « Babar » ou « Mon Pinocchio » ou encore avec le générique des « Quatre filles du Dr March » pour Canal +.

En 1984, dans le secret, la plus grande comédie musicale pour enfants est entrain de naître. Les chansons s’enchaînent et le spectacle prend forme peu à peu. Le travail est dur et long pour Jean-Jacques et ses acolytes Roger Ragoy, Roger Dumas et Jean-Daniel Mercier, mais le résultat sera ahurissant.
Cette même année l’album « Snoopy » bat tous les records de vente : 1,3 millions d’exemplaires (disque de diamant et de platine), les 45 t issus de ce 8ème album s’écoulent à plus de 1,5 millions d’exemplaires : PHARAMINEUX ! ! ! ! ! !

A l’approche d’octobre 1984 le nouveau spectacle est enfin prêt et Le Mystérieux Voyage de Marie-Rose peut faire rêver les 1,5 millions de spectateurs en tout, qui auront eu la chance d’y assister. [j'y étais !!!!!!! :D ]Budget du spectacle : 20 millions de francs de l’époque (+ 10 millions pour la tournée). Jamais autant d’argent n’avait été investit pour les enfants. Ce spectacle est un véritable opéra pour enfants mais les adultes apprécient autant que leur progéniture, car Chantal prend son public au sérieux et lui offre ce qu’il y a de mieux.

Le secret ? Un budget presque illimité grâce à leur producteur Roland Hubert, des costumes fabuleux provenant de l’Opéra de Paris, 40 danseurs, 20 enfants, 6 décors gigantesques, plus de deux heures de spectacle, en tout pas moins de 180 personnes dans la machinerie. Et tout ceci pour 90 F en moyenne la place ! La rentabilité n’est pas le souci de Jean-Jacques et Chantal, les spectacles sont tout justes rentables et le moindre bénéfice réalisé est automatiquement réinvestit dans le prochain spectacle ou dans d’autres projets réservés aux enfants : un journal consacré à Marie-Rose, une boutique de vêtements Rue du Cherche Midi à Paris, des puzzles, des livres d’histoires, des cartables, des trousses, des couettes... toujours à l’effigie du monde féerique de Chantal Goya. La fée est au sommet de sa gloire.

En 1985 l’album « Félix le chat » contient une surprise puisque Chantal offre à son public une chanson écrite et composée par elle. C’est un « Alphabet en chantant » pour que les enfants sachent très tôt par cœur cet exercice qui est la base de la langue française. Cette chanson est née à la demande d’une institutrice amie de Chantal qui, constatant la facilité qu’avait les enfants à apprendre ses chansons, était persuadée que ce serait un bon moyen de leur faire rentrer l’alphabet en tête. Et ça marche ! On croise des bouts de choux de 3 ans connaissant par cœur cet exercice d’habitude réservé à leurs aînés de 6 ans.

La tournée du Mystérieux Voyage de Marie-Rose cette même année a nécessité 18 wagons SNCF pour transporter tout le décor et les costumes à travers la France. L’organisation est titanesque ; c’est du Michel Sardou à la puissance 10. Le public a réservé en masse les places dans chaque étape de la tournée, et l’arrivée de la troupe est un événement salué par des dizaines d’articles dans les journaux. Le spectacle reste en moyenne au moins 8 jours dans chaque ville. La tournée débute par la Belgique où Chantal se produit à "Forrest National" la plus grande salle du pays (+ de 7000 places). En une semaine plus de 50 000 personnes assistent au spectacle. Il faudra atteindre 1993 et le Parc des Princes de Johnny Halliday pour qu’un artiste français réunissent autant de monde dans un espace de temps aussi court. Toulouse, Bordeaux, Genève, Lyon, Marseille, Strasbourg, Lille, Rennes, Clermont-Ferrand... partout un succès aussi grand attend la tournée.

cris
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  cris le Jeu 27 Oct - 16:53

Ce qui grippera tout passerait presque inaperçu, au milieu de ce triomphe, si 15 millions de téléspectateurs ne l’avaient vu. En effet le vendredi 13 décembre 1985 (et oui c’était un vendredi 13 !) en direct depuis le Palais des Sports de Lyon, après avoir donné deux représentations du Mystérieux Voyage devant 10 000 personnes en tout, Chantal participe à l’émission « Le Jeu de la vérité » de Patrick Sabatier. En costume de scène, dans ses propres décors et devant son public Chantal est agressée et insultée au téléphone par des téléspectateurs aigris et jaloux de son succès. Chantal est dans son rôle de Marie-Rose et elle s’attendait, comme il était prévu d’ailleurs, à des questions posées par les enfants. Les questions sont terribles : « spectacle trop nul, trop cher, combien vous gagnez, vous abêtissez les enfants, vous êtes trop vieille... » Chantal se défend tant bien que mal en essayant en même temps de faire plaisir à sa salle qui lui réclame d’être Marie-Rose. Usée et excédée Chantal se réfugie vers les enfants amassés devant la scène et part chanter pour eux. A l’écran le résultat est désastreux. La prestation de la star pour enfants sera jugée très mauvaise par la presse mais aussi, et c’est plus grave, par le public. Jean-Jacques Debout est miné et déprimé devant ce qu’il juge être une cabale. Coluche dira sur Europe 1 : « Ils ont tué le Père Noël, c’est dégueulasse on ne touche pas au Père Noël ! ».

Le contrat moral entre Chantal et les producteurs du jeu n’a pas été respecté : le standard téléphonique mis en place au Palais des sports, aux frais de Chantal, n’a jamais sonné et les appels parvenant à Lyon étaient filtrés et choisis par la production à Paris. Tout ceci sentait la machination à plein nez et la terrible prédiction de Jean-Jacques : « Refuse d’y aller, sinon le lendemain Chantal Goya n’existera plus ! » s’est avérée malheureusement vraie. Dire que Jean-Jacques avait refusé plusieurs fois cette émission et avait finalement cédé sous la pression des producteurs, du présentateur, de la maison de disque et de Chantal elle-même qui croyait en cette émission.

La tournée continue quand même mais se terminera trop tôt devant des salles trop peu garnies. Les rumeurs qui ont suivi cette émission ont fait beaucoup de mal également (et on ne remerciera pas Le Figaro notamment, pour les bêtises écrites et répétées) : il n’y a jamais eu des vagues d’annulations de places, les parents ne sont jamais allés casser les disques de Chantal dans les bacs des magasins afin que leurs enfants ne soient pas tentés, et enfin jamais Chantal n’a été en dépression nerveuse. Tous ceux qui avaient le moindre grief contre Chantal Goya se sont régalés de cette affaire en se déchaînant contre elle et Jean-Jacques.

Sitôt après cette mésaventure Chantal décide immédiatement de ne plus faire aucune télévision et de se consacrer entièrement à son mari qui déprime sérieusement : « Ma carrière c’est une chose, mais mon mari c’est toute ma vie » déclare-t-elle pour expliquer sa quasi-disparition. Elle ne reviendra à la télé qu’en mars 1986 sur l’invitation d’Yves Mourousi et de Marie-Laure Augry au journal de 13 heures de TF1. C’est très émue et au bord des larmes qu’elle tente d’expliquer au public son comportement, elle vient en même temps présenter son nouveau clip « Les Champignoux ». La blessure et profonde et la cicatrisation sera difficile.

Fin 1986, Chantal rejoue Le Mystérieux Voyage de Marie-Rose au Palais des Congrès en intégrant ses nouvelles chansons : « Dou ni dou ni day » et « Bravo Popeye ». Chantal joue encore à guichet fermé sauf que le nombre de représentations est en baisse, mais ce sont surtout les ventes de disques qui s’écroulent, et comme c’est la principale source de revenus du couple, les économies s’égrènent peu à peu. D’autant que la tournée ratée de 1985 leur a coûté très cher. Et comme un malheur ne vient jamais seul ils doivent payer les impôts calculés sur les revenus des trois années précédentes... Jean-Jacques est écœuré, il n’écrira plus rien pour la scène pendant quatre ans, c’est lui qui a le plus mal encaissé ce fameux vendredi 13 !

Chantal, elle, résiste cette année 1987 grâce à un très bon album « Poupée de Chine » et en 1988 grâce à une très belle émission télévisée hebdomadaire sur Antenne 2 intitulée « Le Monde Magique ». Elle participe également à « Champs-Élysées », « Dimanche Martin » et au « Club Dorothée »...

En 1989 Jean-Jacques refait enfin surface en écrivant un nouveau spectacle joué au Palais des Congrès : « L’Étrange Histoire du Château Hanté ». Cette très belle histoire, se déroulant dans L’Oural, séduit le public mais les moyens sont réduits au strict minimum. Chantal et Jean-Jacques sont même obligé de vendre leur Château pour réunir les 10 millions de francs nécessaires pour monter le spectacle.

En septembre Chantal refait une émission en direct avec Patrick Sabatier (elle n’est décidément pas rancunière !) : « Avis de Recherche » qui se passe très bien. Ce soir là Chantal se réconcilie un peu avec le public.
L’année suivante Chantal change de style et sort un album moderne et au son créole : « Rythme & Couleur », mais s’est un terrible échec qui sonne le glas des années Goya. Plus aucun producteur ne croit au concept. Jean-Jacques se sépare de son équipe avec qui il vient de passer 10 ans de bonheur intense. C’est un déchirement pour Chantal mais son éternel optimisme ne la quitte pas et c’est toujours avec plaisir qu’on la revoit dans « Sacrée Soirée », « La chance aux chansons » et dans « L’école des fans ».

Chantal est délaissée en France mais elle est réclamée dans les DOM / TOM et à l’étranger, alors elle part deux ans loin et fait un triomphe avec des medleys de ses plus grands tubes. Elle est même le premier artiste au monde à aller chanter au Liban au lendemain de la fin de la guerre, c’est un très grand succès puisqu’en 10 jours 30 000 personnes assistent à ses concerts.

En 1993 Chantal revient dans son cher Palais des Congrès (où elle détient, toujours aujourd’hui, le record absolu d’entrées) grâce au groupe AB producteur de Dorothée. En décembre 1994 elle y reprend le Soulier Qui Vole avec toujours autant de ferveur mais ce spectacle n’a rien à voir avec celui du début des années 80, notamment du point de vu des moyens mis en place.

En 1997 Chantal sort enfin un nouvel album qui servira de base à un tout nouveau spectacle : « Le Grenier aux Trésors ». Ce spectacle, toujours 100 % Jean-Jacques Debout, sera joué au Casino de Paris puis au Théâtre de l’Empire en 1998. Il regorge de bonnes surprises comme les chansons : « La cuisinière infernale » ou « Dans la forêt de Brocéliande ». Décidément Jean-Jacques a toujours autant de génie.

Depuis, Chantal s’est produite successivement au Bataclan (en 1999 et 2000), en Belgique et en province mais seulement avec des medleys de ses chansons. Elle est même devenue la star des boîtes de nuit branchées avec des remixes de ses plus grands tubes. La génération Goya a aujourd’hui 25 ans [et oui comme le temps passe vite ... !!!] et lui prouve que personne ne l’a oubliée.

En 2001 le cinéma la rappelle dans « Absolument Fabuleux » de Gabriel Aghion où elle joue une parodie d’elle-même relookée par Josiane Balasko et Nathalie Baye via Jean-Paul Gaultier en chantant « Becassine is my cousine » remixé par Robert Goldman (le frère de Jean-Jacques Goldman). Le disque s’est vendu à 110 000 exemplaires, ce succès a permis en 2002 la sortie d’un album de ses plus grands tubes remixés par les DJ en vogue.

Chantal rêve de remonter un jour Le Mystérieux Voyage de Marie-Rose qu’elle considère, et avec raison, comme son plus beau spectacle.
En 35 ans de carrière dont plus de 25 consacrés aux enfants, elle a vendu plus de 31 millions de disques et réuni près de 5 millions de spectateurs ! Jamais aucune autre chanteuse pour enfants au monde n’a eu un tel succès (cela représente quand même près de 3 fois les ventes de disque de Dorothée !).

Source : www.chantalgoya.ifrance.com

cris
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  @ngel le Jeu 27 Oct - 23:14

il fabule bcp sur ce site...dire que Chantal Goya a vendu 3 fois plus de disques de Dorothée.... chantal a vendus plus de 33 millions de disques et Do..plus de 16 millions de disques.... sinon merci bcp ma chtite Chris pour cette biographie..... ;-)
avatar
@ngel
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2486
Age : 42
Localisation : Eternia (pres de Strasbourg)
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://lessalesgosses.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  mumu le Ven 28 Oct - 0:39

c clair que tt le monde aecouter du chantal goya une fois ds sa vie...le lapin, becassine, voulez vous dansez grand mere, petite dedicasse a moi meme, je me la fait avant que ange ne le fasse lui meme, lol...
ct p't'etre un peu ringard, mais ca plaisait

mumu

Nombre de messages : 146
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  @ngel le Mer 2 Nov - 5:07

je ne sais pas pourquoi...a chaque fois que j'ecoute le titre : Voulez-vous danser grand mere? je pense bcp a mumu et a manu.... je ne sais toujours pas pourquoi.....
avatar
@ngel
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2486
Age : 42
Localisation : Eternia (pres de Strasbourg)
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://lessalesgosses.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  mumu le Mer 2 Nov - 12:22

Angel a écrit:je ne sais pas pourquoi...a chaque fois que j'ecoute le titre : Voulez-vous danser grand mere? je pense bcp a mumu et a manu.... je ne sais toujours pas pourquoi.....
je le savais geek scratch Wink je crois que toi je vais te dedicasser du jordy...dur dur d'etre un bb afro lol!

mumu

Nombre de messages : 146
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  @ngel le Jeu 3 Nov - 1:43

mumu a écrit:
Angel a écrit:je ne sais pas pourquoi...a chaque fois que j'ecoute le titre : Voulez-vous danser grand mere? je pense bcp a mumu et a manu.... je ne sais toujours pas pourquoi.....
je le savais geek scratch Wink je crois que toi je vais te dedicasser du jordy...dur dur d'etre un bb afro lol!


pfffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff......
avatar
@ngel
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2486
Age : 42
Localisation : Eternia (pres de Strasbourg)
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://lessalesgosses.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  mumu le Jeu 3 Nov - 12:31

I love you I love you lol!

mumu

Nombre de messages : 146
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  @ngel le Jeu 23 Fév - 16:33

pour ma tite Cris...Chantal Goya sera enfin de retour dans la grande salle du Palais des Congrès de Paris le 2 Décembre 2006......

_________________
avatar
@ngel
Admin

Masculin
Nombre de messages : 2486
Age : 42
Localisation : Eternia (pres de Strasbourg)
Date d'inscription : 22/10/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://lessalesgosses.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  pipotin le Dim 19 Mar - 1:43

Chantal sera de nouveau demain dans la salle Bordeaux du Palais des congrès pour un très beau spectacle avec une troupe d'enfants Belges très doués(les enfants de Joelle Moranne).Les deux représentations sont archis complètes.Chantal prépare une grande tournée à travers la France et la Belgique

pipotin

Nombre de messages : 74
Localisation : paris
Date d'inscription : 18/03/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chantal Goya

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum